dimanche 18 octobre 2009

Les apports et les limites des TIC pour l'enseignement

Apport 1 : Diversité des approches pédagogiques
Comme le mentionne De Champlain et Grossinger Divay (2003), «l'utilisation des TIC en enseignement favorise l'utilisation de diverses approches pédagogiques». Ainsi, l'accent est mis sur la construction d'apprentissages autonomes, authentiques et de haut niveau. Les élèves peuvent donc se servir de leur savoir afin de résoudre des situations-problèmes réelles en utilisant leurs compétences. Les TIC permettent aussi aux élèves d'être actifs tout au long de la résolution de leur problème, car ils sont capables d'avoir accès à des ressources provenant d'un peu partout. Avec toutes ces informations que nous offrent les TIC, l'enseignant est donc plus apte à accompagner ses élèves et à les guider tout au long de leur démarche. Dans ces situations, la pédagogie par projet et le socioconstructivisme prennent tout leur sens. L'utilisation des TIC amène au développement d'une culture de réseaux, donc à la construction des savoirs en étant en contact avec divers outils, diverses personnes. L'enseignant ne devient donc pas la seule personne-référence disponible.
Apport 2 : Accès à une culture riche et étendue
Karsenti (2005) affirme que «les TIC facilitent l'accès à une culture générale et étendue». Les livres ne sont plus les seuls documents auxquels l'enseignant peut se référer lors de ses planifications En effet, il a accès une foule d'informations provenant d'un peu partout à travers le monde, grâce à divers outils, tel qu'Internet ou bien des logiciels éducatifs et informatifs sur divers sujets. En classe, il dispose donc d'un matériel pédagogique vaste afin d'enrichir son enseignement. L'enseignement plus encyclopédique laisse donc toute la place à un enseignement plus de découverte. L'enseignant a donc accès à plusieurs ressources afin de bâtir un enseignement qui donne du sens et qui rejoint directement les élèves. L'accès à toute cette culture permet aussi à l'enseignant de constater à quoi ressemble l'enseignement un peu partout. Il peut s'inspirer de projets pilotes qui sont en place dans certaines écoles et aussi reproduire des projets qu'il a découvert grâce au partage de documents de d'autres enseignants.
Limite 1 : La vitesse à laquelle les technologies évoluent
Les technologiques constituent des outils où l'évolution est très présente. On dirait qu'à chaque année, un nouvel outil technologique apparait dans nos classes, le dernier venu étant le fameux tableau blanc interactif. Cependant, selon IsaBelle, Lapointe et Chiasson (2002), cette constante évolution constitue un problème et une limite à l'intégration des TIC dans l'enseignement des enseignants. Les enseignants peuvent se sentir dépassés par cette vitesse d'évolution des technologiques mises au service de l'éducation. Chaque nouvel outil technologique signifie du perfectionnement professionnel et bien souvent, les subventions ne sont pas nécessairement incluses dans toutes ces formations. Les enseignants doivent donc prendre de leur temps et de leur argent afin d'approfondir les divers moyens technologiques qui font leur apparition sur le marché. Puisqu'ils font leur apparition les uns après les autres, dans un laps de temps très rapproché, les enseignants ont donc l'impression de constamment être en formation et de ne pas avoir l'opportunité de mettre en pratique ces fameux nouveaux outils technologiques.
www.erudit.org/revue/rse/2002/v28/n2/007357ar.html , consulté le 19 octobre 2009.
Limite 2 : Les TIC ne répondent pas à tous les besoins des élèves
«Les technologies ne remplaceront jamais la nourriture intellectuelle, affective et sociale que les enseignantes et les enseignants peuvent procurer à leurs élèves»(Karsenti, 2004). En effet, si les TIC permettent d'avoir accès à une quantité impressionnable d'informations, jamais les élèves n'y retrouveront l'attention, l'attitude ni même le plaisir qu'à un enseignant à partager son savoir avec sa classe. Ils doivent sentir que l'enseignant est toujours là afin de leur venir en aide, peu importe que la situation soit pédagogique ou bien personnelle. La démonstration de l'importante du contact humain est donc entre les mains de l'enseignant. Il doit faire sentir aux élèves que les technologies nous permettent de résoudre certains de nos problèmes, mais que plusieurs seront plus aisément résolus grâce à l'intervention de personnes réelles. Il en revient à l'enseignant de faire cette «éducation aux technologies». Oui elles sont présentes dans nos vies, mais les technologies ne doivent jamais remplacer le plaisir du contact humain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire